Trouver un comptoir d’achat et de vente d’or

Vous voulez faire un investissement rentable ? Vous vous demandez dans quel produit ou secteur investir ? L’or peut, en effet, être une bonne idée. À condition de maîtriser les conditions d’achat, de vente et de comprendre les règles qui régissent ce domaine tant convoité.

Or : Où Acheter et vendre ?

Même si vous n’avez pas beaucoup de connaissances dans le domaine de l’or, vous avez surement entendu parler de sa valeur qui ne cesse de monter. Si beaucoup de secteurs ont connu des hauts et des bas, le cours de l’or, lui, conserve une placée privilégiée, puisqu’il compte parmi les produits les plus valorisés et les plus rentables sur le marché. En 2012, des études ont montré que les Français ont investi jusqu’à 1,1 milliards d’euros dans l’or. Avec des chiffres aussi attrayants, s’intéresser à ce domaine n’est pas une si mauvaise idée. Mais par où commencer ? Les novices se dirigeront directement vers les banques. Cette démarche peut sembler la plus sécurisée d’entre toutes, mais elle se heurte rapidement à ses limites à savoir les frais en cas de vente qui peuvent atteindre jusqu’à 3 %. Une autre alternative s’offre à vous : Internet. Plusieurs sites proposent de réaliser des transactions vous assurant la réception de la quantité achetée par le biais d’une enveloppe. Dans la majorité des cas, la livraison se fait en une semaine. Même si ce processus peut en rebuter plus d’un, la procédure reste courante comme pour tous les produits, même de plus grande valeur, acheté et vendus sur le web. Mais il est clair que vous avez aussi aperçu une boutique spécialisée dans les transactions liées à l’or. Ces magasins fleurissent dans tous les coins de rues vous assurant de tomber sur un professionnel. Vous pouvez ainsi bénéficier sur place d’une expertise fiable et rentrer directement chez vous, dans le cas d’une vente, avec votre argent. Pour plus d’infos, cliquez ici.

Qualité ou quantité : qu’est-ce qui fait varier le prix ?

En règle générale, l’achat d’or tout comme la vente, dépend de la quantité. Sans vouloir tomber dans les banalités, plus vous en avez, plus vous recevrez. Mais un autre paramètre entre aussi en considération : celui de la qualité de la pièce. La rareté d’une pierre la rend plus chère en cas de rachat d’or. Même si, les pièces sont récupérées à la fonte, elles doivent être estimées en fonction de la valeur. Un test sur « pierre de touche » ne suffit pas à déterminer le prix. Il faudra alors comprendre que les pièces d’or diffèrent par leur éventuelle rareté même si elles font afficher le même chiffre sur la balance. Des pièces du type Louis 18 ou Louis-Philippe ont une valeur qui peut atteindre 5 fois celle d’un napoléon classique. Pourtant, si vous les faites estimer dans une boutique de revente, vous allez obtenir un prix nettement inférieur sous prétexte qu’elles contiennent moins d’or. Solution : Si vous hésitez sur la valeur d’une pièce, rien ne vous empêche de demander l’avis d’un collectionneur. Il aura l’œil et le savoir-faire pour déterminer ses origines et ce qu’elle vaut réellement.

Achat et vente d’or : fiscalité

Depuis 2004, on ne peut pas vraiment parler de cotation en France pour ce qui est de l’or. Aussi étonnant soit-il, c’est le CP Or, le plus grand grossiste français, qui applique et généralise les tarifs mis en vigueur. Depuis l’avènement des sites internet spécialisés dans ces transactions, les tarifs peuvent aller jusqu’au double sans raison apparente sauf celle d’un système de cotation peu réglementé. Et la fiscalité ? Étonnant, non ? L’or et la fiscalité sont deux secteurs indissociables même si un grand nombre de revendeurs n’ont aucune idée de cet aspect. Par exemple, savez-vous que le Krugerrand est une pièce exonérée des taxes à 8 %. Et pour cause : cette pièce qui pèse une once, soit 28,35 grammes, possède un cours légal en Afrique du Sud. Sachez aussi qu’il existe une imposition à 34,5 % sur la plus-valus. Mais vous devez présenter votre facture d’achat d’or pour en bénéficier. Il ne faut pas négliger ce point, puisque cette alternative vous donne la possibilité de gagner davantage, en comparaison avec la taxe dite forfaitaire estimée à 8 %. Vous demandez sans doute pourquoi les comptoirs n’appliquent pas systématiquement ce système d’exonération. La raison, loin d’être un souci de malhonnêteté, relève d’une volonté de simplifier le calcul ou par simple ignorance.

Comment choisir votre comptoir d’achat et de vente d’or ?

Pour faire votre choix, vous devez vérifier la fiabilité de l’établissement en question qu’il s’agisse d’une boutique physique ou d’un site internet. Commencez alors par vous assurer que le cours d’or ainsi que la reprise au gramme par carat sont bien affichés. Depuis l’arrêté du 18 août 2015, cet affichage est obligatoire. Si le professionnel déroge à cette règle, vous devez vous poser des questions sur sa fiabilité. Un établissement qui mérite votre confiance doit aussi utiliser une balance homologuée. Il est important de rappeler que celle-ci est normalement révisée par un organisme certifié qui offre ce qu’on appelle « une vignette verte » considérée comme une garantie d’homologation. Même si la loi n’impose pas à l’acheteur de peser les pièces devant de vendeur, elle suppose que cette étape est incontournable. La vente doit aussi être enregistrée. Pour cela, en imaginant que vous êtes le vendeur, vous devez fournir une pièce d’identité. Autrement, la vente sortira du cadre légal. Ajoutons à cela qu’une personne de moins de 18 ans n’a pas le droit de faire ce type de transaction. À noter : Les conditions précédemment citées ne sont pas les seules. Renseignez-vous alors suffisamment sur les critères de fiabilité d’un comptoir spécialisé dans l’or avant de vous lancer.